/medias/image/8214398785d288e4331f22.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

André ON'OKOKO

Success Story

-

18/05/2017

André On’OKOKO ancien étudiant d’ISO Toulouse fait partie de ces étudiants Made in Iso qui réussissent en terre américaine. Actuellement Store manager pour Anne et Valentin, marque haut de gamme anticonformiste respectant l’unicité de ses clients, il nous parle de ses expériences et de ce qui l’a amené à travailler dans l’Upper East Side, à New-York.

Parle-nous de ton parcours, de ce qui t’a amené à ton poste de Store Manager chez Anne & Valentin ?

J’ai commencé des études de médecine, qui n’ont pas marché. Mais mon objectif était continuer dans une filière liée à la santé et au paramédical. Je me suis donc tourner vers l’ISO Paris via une alternance en magasin, Chez Stellios optique Amiens.

Changement de voie avec un énorme virage professionnel, au bout d’un an : je deviens gérant de boîte de nuit et ce durant presque deux ans. L’optique est toujours présent dans ma tête. C’est alors que l’ISO Toulouse m’offre l’avantage de faire mon BTS en un an ! J’avais une vision très claire du milieu dans lequel je voulais travailler : l’esthétique et le design en optique.

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai travaillé dans un magasin indépendant lié au réseau @EYE LIKE ; Optique Monticelli. C’est un magasin toulousain qui est dirigé par Laurent Monticelli ; c’est lui qui m’a tout appris, un véritable mentor ! Au cours de ces trois années de collaboration, j’ai été amené à travailler avec différentes marques. C’est comme ça que la manager d’Anne et Valentin Toulouse est venue me voir pour me proposer de rejoindre l’aventure de la marque pour la boutique toulousaine.

Comment as-tu concrétisé la suite de ta carrière à l’international ?

Après un an et demi chez Anne & Valentin Toulouse, j’ai parlé de mon envie de voyager pour représenter la marque. C’est alors que tout lancé, j’ai  déménagé et tout boucler en France. C’était une période de stress mais très excitante !
 

Une anecdote sur ta vie à New York ?

Ce qui m’étonne toujours, ce sont les clients qui s’achètent jusqu’à 5 ou 6 paires de lunettes, en une seule fois. Il faut savoir que le paiement se fait à la commande aux USA et la prise en charge n’est pas du tout la même.

Tu as toujours voulu avoir des responsabilités et gérer une équipe ?

Oui, ça a toujours été un de mes objectifs professionnels. Au début, je me voyais travailler pour une entreprise 3 ou 4 ans et devenir ensuite mon propre patron.

Mais cette opportunité de store manager avec Anne et Valentin me correspond, je suis en total accord avec les valeurs de la marque. C’est très agréable d’avoir ce sentiment d’appartenance.

En quoi consiste une journée type ?

Je rentre dans la boutique une heure avant l’ouverture. Le début de la matinée est dédié à la lecture des e-mails, à la préparation de la journée puis nous réalisons avec toute l’équipe un meeting de 5 minutes pour parler de la journée de la veille, des améliorations et autres réflexions du quotidien.

Ensuite, les ventes s’enchaînent ! Nous avons un trafic journalier important. Nous sommes 5 en surface à conseiller et vendre. Très vite, l’heure de fermeture arrive, le moment pour nous d’effectuer la clôture de la caisse, un check des commandes et les réassorts.

Parle-nous de ta clientèle, sa répartition et ta manière de l’appréhender ?

Ma clientèle est constituée à 65% de femmes. Nous avons à cœur d’accueillir de manière conviviale tous les clients, nous offrons systématiquement un verre d’eau ou un café et on s’installe pour la première prise de contact avec le client.

Les magasins Anne et Valentin ont pour concept de ne montrer aucune paire de lunettes. Elles sont toutes dans des tiroirs. Ce principe de merchandising spécifique nous permet de présélectionner les montures les plus adéquates à la forme du visage de chaque client et d’amener notre expertise dès le début de l’échange.

Une fois que l’on a trouvé l’esprit d’une monture, d’une forme ; on va être plus précis dans les couleurs. Nous déclinons les modèles en 6 ou 7 couleurs.

Le timing moyen d’une vente est d’une heure. L’idée est de cibler, faire ressortir un aspect de la physionomie, de la personnalité ou du caractère de la personne porteuse de lunettes. Chaque vente est complètement différentes, les personnes se dévoilent et repartent parfois avec un modèle totalement différent de ce qu’elles imaginaient !

Pour moi, c’est simple ; 50% d’un bon choix de lunettes c’est la personnalité ou ce qu’on veut exprimer de soi (donner une impression de confiance, de rigueur, un côté original…). L’idée principale est d’extérioriser un aspect ou une envie.

Ta matière préférée quand tu étais étudiant ISO ?

Contrôle équipement et réalisation technique ! L’art de la précision de l’opticien, c’est maîtriser sur le bout des doigts les verres, le montage et les mesures.

261 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Success Story

Rodolphe Moitron

RB

Romain Bodet

27 mai

Success Story

Justine Machuque

RB

Romain Bodet

22 mai

Success Story

Chloé Maitrejean

RB

Romain Bodet

26 avril

1